Quand j’entre dans une librairie, je ne peux m’empêcher de chercher du regard les Six Compagnons sur les étagères du rayon littérature jeunesse. Force est de constater, ces derniers mois, que leur présence se réduit comme peau de chagrin. Sans rentrer dans des détails trop techniques ou partisans, plusieurs explications sont à prendre en considération.

La première explication à cette absence est éditoriale : les éditeurs produisent de plus en plus de titres, appelés « nouveautés » et distribués en « offices ». Le « fonds » (titres du catalogue hors nouveautés) est négligé ou remis en avant dans les librairies à l’occasion d’opérations commerciales thématiques ou liées à une actualité. Parfois, les collections sont « relookées » et remises en avant comme ce fut le cas en 2014 lors du passage des Six Compagnons de la « Verte » aux « Classiques de la Rose ». En l’absence de nouveaux titres ou d’actualité, le fonds ne peut plus être dynamisé et il s’éteint petit à petit.

La seconde explication est économique. Le commerce de la librairie est un commerce où la rentabilité est très faible : 1,35% contre 3 à 17% pour les autres commerces de détail.

Les librairies doivent être attentives à leur « taux de rotation » : « La rotation des stocks est l’indicateur permettant de suivre la vitesse d’écoulement des stocks. Elle se calcule en nombre de jours. Plus le stock se vend vite, moins le libraire a d’argent à avancer pour le financer. (…) Le taux de rotation national est à environ 3. Un taux idéal de 4 est préconisé par les experts en gestion de la librairie. »

Un livre qui ne se vend pas est un livre qui coûte de l’argent en immobilisation de stock. Les vendeurs ont beau vouloir conserver un fonds qualitatif varié, le chef de rayons et le comptable veillent au grain. Régulièrement, les rayons sont purgés de leurs stocks dits morts qui retournent chez le distributeur, où ils sont stockés, soldés ou pilonnés. Une librairie n’est pas une bibliothèque et n’a pas vocation à conserver tous les livres qu’elle reçoit. La place est chère sur les étagères, d’autant plus que la pression immobilière est très importante dans les villes. Les bibliothèques, elles-mêmes « désherbent » régulièrement leurs fonds pour gagner de la place et s’adapter aux demandes des usagers.

Les nouvelles générations de lecteurs, à commencer par les enfants à qui s’adressent les ouvrages de Paul-Jacques Bonzon, ont donc de moins en moins de chance de découvrir les Six Compagnons en librairie, fortuitement ou sur le conseil d’un libraire. En voici l’illustration avec le principe de l’entonnoir :

Aujourd’hui, le site de la bibliothèque rose compte 10 titres des Six Compagnons.

En mars 2019, les rencontres nationales de la librairie recensaient 3300 librairies

Le site lalibrairie.com fédère 2500 points libraires ou points presse.

Pour sa part, le site placedeslibraires regroupe 753 librairies. Il est très précieux car il permet de savoir quelles librairies ont physiquement un livre en stock.

Au 13 octobre 2020, on recense sur ce réseau 15 titres de Paul-Jacques Bonzon en stock dans des librairies. Le plus présent est « Mon Vercors en feu » réédité en 2019 chez Larousse, présent dans 26 librairies. Ces chiffres sont à analyser avec modération car toutes les librairies françaises ne font pas partie de ce réseau.

Je pense qu’il ne faut stigmatiser aucun maillon de la chance du livre, de l’éditeur jusqu’au lecteur, car le modèle économique, les mœurs et les usages de la lecture ont changé.

Il y a certes moins de livres de Paul-Jacques Bonzon commercialisés mais il y en a toujours autant de vendus sur le marché de l’occasion : Emmaüs, boutiques d’économie solidaire, bourses aux livres, vide-greniers, sites web de vente entre particuliers…

L’objet de l’Association des Amis de Paul-Jacques Bonzon, de faire connaître le romancier pour la jeunesse qu’a été Paul-Jacques Bonzon, de maintenir et vivifier sa mémoire et, d’autre part, de sauvegarder, conserver et mettre en valeur le patrimoine que constitue son œuvre dans l’intégralité de ses aspects, est donc primordial en 2020. Prochainement, la section « boutique » s’enrichira de livres de notre auteur que vous pourrez acheter et ainsi contribuer à perpétuer la chaîne de transmission des lecteurs.

Cédric Allegret

libero Praesent lectus nunc Praesent commodo adipiscing velit, id