« Mon Vercors en feu » publié par les éditions SUDEL, en 1957, puis par Hachette, bibliothèque verte, en 1975, dans une version modifiée par l’auteur lui-même, Paul-Jacques Bonzon, vient d’être réédité en août 2019.

Belle initiative des éditions Larousse que cette réédition dans une version destinée à une exploitation pédagogique. Le thème s’y prête admirablement puisqu’il s’agit d’un roman d’apprentissage qui revisite des pages d’histoire, mettant en scène des héros courageux du quotidien dans le cadre de la Résistance dans le Vercors. En 1957, c’était un des premiers romans autorisés publiés sur le sujet peut-être parce qu’il s’adressait à la jeunesse.

Cette nouvelle version présentée, annotée et commentée par Benoît Teillay reprend intégralement le texte de 1975. Il est accompagné d’un dossier pédagogique dans lequel l’auteur, son œuvre, l’intérêt et les clés de lecture sous forme de questionnaires judicieux, des commentaires sur le genre, l’action et les personnages ainsi qu’une bibliographie.

Destiné à des jeunes « à partir de 11 ans », cet ouvrage de 159 pages, publié dans la collection Larousse, Les contemporains, classiques de demain, pour un coût de 4,20 €, devrait trouver sa place dans de nombreuses bibliothèques et dans tous les CDI de nos établissements scolaires. En outre, le thème de la Résistance dans un contexte de guerre mettant en scène un adolescent ne peut que rencontrer l’intérêt de nombreux enseignants.

Deux regrets cependant. Le premier de ces regrets touche à la bibliographie de laquelle certaines références essentielles sont absentes. De plus, certaines mentions, notamment celles relatives à la consultation des sites Internet, ne respectent pas les règles éditoriales. Le second regret porte sur le contenu. Le texte retenu est celui de la version de 1975. On peut en comprendre les raisons. Mais elles auraient dû être explicitées. Pédagogiquement, cela aurait eu du sens. Paul-Jacques Bonzon, à la demande de l’éditeur, avait dû modifier son texte initial pour soustraire les expressions trop connotées par l’histoire. En 1975, la France était en période de réconciliation avec nos voisins germaniques. La version initiale de 1957 commence par une lettre de Luc Chastagnier, le jeune héros boulanger à Combe-Froide, qui donne du sens au récit. Ce sont des informations qui auraient pu se montrer utiles pour compléter le dossier pédagogique.

Une belle initiative éditoriale qui pourrait en appeler d’autres. Paul-Jacques Bonzon était un romancier pour la jeunesse, pénétré des principes pédagogiques et éducatifs issus de sa formation à l’école normale de Saint-Lô (Manche). Ses romans en portent indiscutablement la marque. D’autres de ses ouvrages mériteraient un traitement similaire. Plusieurs me viennent à l’esprit. Gageons que l’initiative des éditions Larousse rencontrera le succès qu’elle mérite.

Yves Marion
Président des Amis de Paul-Jacques Bonzon romancier pour la jeunesse
Fontaine-Etoupefour le 12 octobre 2019

Références :
MARION Yves, De la Manche à la Drôme : itinéraire de l’écrivain Paul-Jacques Bonzon, instituteur et romancier pour la jeunesse, Marigny, Eurocibles, 2008, 316 p.