Les lecteurs célèbres

par | Jan 12, 2021

Présentation des lecteurs célèbres qui dans leur littérature ont mentionné Paul-Jacques Bonzon ou son œuvre.

Adrien Borne

Adrien Borne

Adrien Borne est un journaliste et présentateur de télévision. Depuis la rentrée 2019, il est aux manettes d’LCI midi.

« Mémoire de soie » (2020) est son premier roman. Un excellent premier roman tant par la qualité de l’écriture que par sa construction et la conduite de l’histoire. Pour son premier roman  l’auteur s’est inspiré de son arrière-grand-père, éleveur de vers à soie dans la Drôme. Son fils va découvrir un secret de famille et réécrire son histoire familiale.

Les fils de ce drame familial sont tissés avec une habilité bien maîtrisée. Après le fracas de la Guerre, la déchirure et le deuil, les mots vont permettre à Suzanne de continuer à avancer, symbole d’une humanité retrouvée et personnage central de ce magnifique roman d’historien et de généalogiste. C’est aussi le roman d’un amoureux des paysages de la Drôme qu’on dévore avec plaisir et qu’on ne parvient pas à lâcher avant le point final.

Adrien Borne évoque souvent Paul-Jacques Bonzon. Il faut dire qu’il est le petit-fils de Marguerite Gauthier qui, en secondes noces, avait épousé le romancier alors au faîte de son succès. C’est à Maguy, son épouse, qu’il dédicace la réédition de Mon Vercors en feu (Hachette, bibliothèque verte, 1975).

Bien que trop jeune pour l’avoir connu, nourri des lectures et du souvenir du romancier pour la jeunesse, Adrien Borne reconnaît volontiers ce qu’il lui doit tant dans ses interviews que dans les quelques lignes rédigées en ces termes à la fin de son roman en guise de remerciements.

« Toi aussi, ce grand-père que je n’ai pas connu, tes Six compagnons s’alignant dans la bibliothèque, tranches vertes en évidence, comme une promesse ».

Adrien Borne, sans conteste, est un authentique Ami de Paul-Jacques Bonzon, romancier pour la jeunesse. 

Michel Houellebeqc

Michel Houellebeqc

Paul-Jacques Bonzon a connu un réel succès d’édition. Il fut énormément lu. Il n’est pas rare de trouver sous la plume d’auteurs récents ou dans les propos de certains personnages en vue des références au romancier pour la jeunesse que fut l’auteur des Six compagnons et de bien  d’autres ouvrages aux titres évocateurs. C’est la raison qui nous amène aujourd’hui à concevoir une rubrique  pour recenser ces références. En commençant par Michel Houellebecq, c’est un appel à tous les internautes et lecteurs pour nous signaler leurs trouvailles au moyen de la page contact  située en bas de la page d’accueil.

Les Particules élémentaires est un roman publié en 1998 chez Flammarion. Ce deuxième roman de l’auteur a reçu l’ultime prix Novembre et a été élu par la rédaction de la revue Lire « meilleur livre de l’année 1998 ».

Des deux protagonistes du roman, Michel et Bruno, l’un est un scientifique de renom, l’autre est anonyme ; l’un a choisi une solitude absolue, l’autre ne l’a pas choisie mais la subit quand même ; l’un et l’autre sont frères et n’ont rien en commun, sinon cette propension au malheur. Chacun de leur côté, en se traînant de fiasco en désastre, et de retraite en désert, ils vont faire de leur vie la preuve de ce désenchantement du monde et révéler enfin la clef des rapports entre les hommes : l’illusion. Par leur parcours familial et sentimental chaotique, les deux demi-frères illustrent de manière exemplaire la société et la complexité des relations.

Michel Houellebecq évoque Paul-Jacques Bonzon en ces termes [1] : « … Bruno se plongea dans Les Six compagnons et l’homme au gant, probablement le chef d’œuvre de P.-J. Bonzon, récemment réédité à la Bibliothèque verte… » 

Stéphane Puisney

Stéphane Puisney

À l’occasion du centenaire de la naissance de Paul-Jacques Bonzon, en 2008, la municipalité de Saint-Lô conjointement avec les archives départementales de la Manche organisaient une exposition consacrée au romancier et la littérature pour la jeunesse. Lors de cette manifestation qui se déroulait à la médiathèque de la ville, un jeune homme est venu à ma rencontre pour me faire part de ses souvenirs émus de lectures d’enfance, notamment du Viking au bracelet d’argent dont, à l’époque, il avait, me disait-il, réalisé un dessin.

Ce jeune homme, c’est le Saint-Lois Stéphane Puisney, dessinateur, illustrateur et coloriste, scénariste de bandes dessinées, bien connu dans la région, maintes fois récompensé. Il est l’auteur et le réalisateur de La Saga des Lefébure, parue aux éditions Eurocibles, une série d’albums de bandes dessinées pour retracer l’histoire de la Normandie, au fils des siècles, au travers des aventures des membres d’une famille imaginaire.

En toute amitié, Stéphane Puisney a bien voulu donner un dessin original réalisé en puisant dans les images gardées dans sa mémoire de jeune lecteur. C’est un geste qui nous touche.

Qu’il en soit vivement remercié. C’est un honneur qu’il fait aux Amis de Paul-Jacques Bonzon et un hommage qu’il rend au romancier originaire de la Manche, scolarisé et formé à Saint-Lô.

Yasmina Khadra

Yasmina Khadra

Six mois seulement après avoir publié son nouveau roman Le Sel de tous les oublis, Yasmina Khadra, sort un autre ouvrage. Un livre d’entretiens, avec la journaliste Catherine Lalanne, rédactrice en chef à l’hebdomadaire Le Pèlerin, intitulé Le Baiser et la morsure qui paraît chez Casbah Editions.

Dans ce livre d’entretiens, l’auteur de livre et se confie : « Je suis devenu auteur à mon tout, c’est pour rendre grâce aux écrivains ».

Le livre était mon « sésame » qui faisait coulisser les remparts de mon « pénitencier » afin que j’échappe aux bruits des godasses et aux hurlements du sergent…J’ai batifolé dans les eaux troubles du Mississipi en compagnie de Tom Sawyer, chanté la mère de Maxime Gorki, pleuré les jours avec Taha Hussein, enquêté avec les Six Compagnons de Paul-Jacques Bonzon, et lorsque John Steinbeck a déployé, sous mes yeux émerveillés, La Grande Vallée, j’ai planté mon étendard au haut d’une butte et j’ai crié : » ici, est mon royaume !…

Pour lire la suite de l’article

Le baiser et la morsure, Yasmina Khadra avec Catherine Lalanne, Casbah éditions, mars 2021, 205 p.