Paul-Jacques Bonzon dessinateur

Paul-Jacques Bonzon est bien connu. Il est l’un des auteurs français de romans pour la jeunesse parmi les plus appréciés des jeunes lecteurs des années soixante-dix, quatre-vingt. Second prix « Jeunesse » en 1953, Prix « Enfance du Monde » en 1955, « Grand prix du Salon de l’Enfance » en 1958,  toujours publié chez Hachette, il a laissé de nombreux ouvrages au titres évocateurs. Il est aussi l’auteur de séries  à succès comme  « Les six compagnons » (49 titres), « La famille HLM » (20 titres), ou pour les plus jeunes, la série « Diabolo, le petit chat noir » (7 titres). Il a aussi publié chez Delagrave des livres scolaires de lecture suivie pour l’école élémentaire, du CP au CM2 (11 titres) sans oublier la publication de pièces de théâtre (10 titres connus) et de nouvelles publiées dans la revue « Francs-Jeux » éditée par SUDEL.

S’il est connu, il l’est essentiellement pour être l’un des plus représentatifs des romanciers pour la jeunesse des années de l’après-guerre. L’œuvre, riche de plus d’une centaine de références, comme l’ensemble de la production littéraire pour la jeunesse de cette époque, n’avait été que peu étudiée. C’est désormais chose faite au travers de recherches minutieuses et méthodiques menées dans les fonds d’archives publiques, notamment à l’Institut mémoire de l’édition contemporaine . Ces travaux ont été publiés dans une étude biographique reçue généralement comme un ouvrage de référence .

Connu comme écrivain, Paul-Jacques Bonzon l’est, en effet, beaucoup moins comme dessinateur.  Nic Diament, l’une des grandes spécialistes de la littérature pour la jeunesse, dans la notice qu’elle consacre à Paul-Jacques Bonzon, le souligne explicitement : «  Pendant ses loisirs, il se consacre au théâtre comme acteur amateur, au dessin humoristique et à l’aquarelle. » Plusieurs articles ont été consacrés à cette facette méconnue de l’écrivain. La Revue de la Manche rend ainsi hommage à l’un des écrivains manchois, De même que la revue Etudes drômoises. Les Cahiers Robinson s’apprêtent à le faire également. Le sujet a été présenté lors de plusieurs conférences illustrées de diaporamas. Dans l’ouvrage, un chapitre est consacré à cet aspect particulier du talent multiple du romancier dont le coup de crayon avait été déjà remarqué à Saint-Lô (Manche) lors de ses premières années de formation.

– Revue de la Manche, Tome 52, fascicule 207, 1er trimestre 2010, p. 3-14.

– Etudes drômoise, la revue du patrimoine de la Drôme, Association universitaire d’études drômoises, n°40, déc. 2009, p. 20-25.

– Les cahiers Robinson, article à paraître, 2020

la galerie ci-dessous présente des séries de cartes postales publiées et mises en vente par Paul-Jacques Bonzon lui-même. Les séries, souvent incomplètes son constituées de collections particulières et/ou de dons. Elles demandent à être complétées des contributions des nombreux amis soucieux de faire partager leur intérêt pour le romancier dessinateur. Nous leur adressons par avance notre gratitude la plus sincère.  

Des galeries supplémentaires présenteront ultérieurement des dessins publiés ou non dans des revues, aquarelles ou tableaux.

Une galerie de quelques dessins de Paul-Jacques Bonzon

(Collections G. Bernardin et APJB)

Une galerie de quelques dessins de Paul-Jacques Bonzon

(Collections don de Sophie Picard)

ut libero tempus Curabitur in sem,